Sélectionner une page

« Peu importe ce qu’on pourra vous dire, les mots et les idées peuvent changer le monde. »
Le cercle des poètes disparus

Les idées, sont le moteur d’une entreprise à succès. L’innovation à son stade le plus précoce, aussi petite soit-elle, permet d’avancer, de voir plus loin mais aussi d’apporter de nouveaux challenges dans l’entreprise.

Tout le monde a des idées, mais si elles ne sont pas partagées il n’y a aucun impact positif. À l’inverse, les idées partagées ont un pouvoir multiplicateur. Elles donnent naissance à de nouvelles idées.

 

« Si tu as une pomme, que j’ai une pomme, et que l’on échange nos pommes, nous aurons chacun une pomme. Mais si tu as une idée, que j’ai une idée et que l’on échange nos idées, nous aurons chacun deux idées. »
George Bernard Shaw De George Bernard Shaw

Reste donc à recueillir ces idées – et les transformer en nouvelles idées –.
Pour cela, le brainstorming peut devenir votre meilleur allié. Il permet de stimuler la créativité, et donne à chaque membre de l’équipe une chance de s’exprimer.

Cependant le brainstorming, mal géré peut devenir votre ennemi. Qui n’est jamais ressorti d’une de ces réunions, vidé, avec davantage de questions qu’il n’en avait avant le début de la séance, et sans aucune réponse au problème initial ?

 

Il faut donc faire en sorte de redonner au brainstorming son rôle initial, celui qui créé de la valeur.

D’abord, partez avec un objectif clair. Gardez en mémoire que le seul et unique but d’un brainstorming est de générer un maximum d’idées. Partagez en amont de la séance, le sujet avec tous les participants, idéalement directement dans l’invitation de la réunion, pour que des idées commencent à germer.

Une fois en séance c’est là où vous devez être le plus vigilant. Le brainstorming a un fonctionnement différent des réunions classiques. La quantité doit primer sur la qualité (ne vous arrêtez pas de lire ici, vous allez comprendre). L’objectif du brainstorming est, nous l’avons dit, de générer un maximum d’idées, stimuler la créativité de chacun, et non pas d’énoncer ce que l’on pense être LA bonne idée. Gardez en tête que chaque participant doit partager son avis (il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse).

Si vous devez retenir une chose, la voici : Chacun doit énumérer toutes les idées possibles, sans filtre.

 

Attention cependant à un point. Pour garantir l’efficacité de la séance, il est nécessaire de la séquencer.

La phase d’idéation doit être relativement courte, afin d’inciter les participants à ne pas façonner une réponse « parfaite », mais à l’inverse de lister toutes les pistes envisageables (répétez-vous, « quantité plutôt que qualité »).

 

Choisissez un format court de réunion (entre 30 et 40 minutes), afin de garder une bonne dynamique tout au long de la séance.
5 minutes pour rappeler le sujet
20 minutes pour la phase de brainstorming (idéation)
15 minutes pour choisir les idées à retenir et les indiquer dans le compte rendu

Un brainstorming bien mené s’avère très efficace notamment en début de projet. Il vous permet de recueillir en un minimum de temps, un grand nombre d’idées (ou solutions), qui émanent de points de vue différents, et ont un caractère spontané intéressant.

 

La définition même du brainstorming ajoute un dernier principe à retenir, celui de jugement différé :

« L’utilisation du brainstorming permet de trouver le maximum d’idées originales dans le minimum de temps grâce au jugement différé. Le jugement différé consiste à énoncer d’abord un grand nombre d’idées et de les évaluer uniquement dans un deuxième temps ou lors d’une autre rencontre. »

La séance de brainstorming est donc focalisée sur la créativité et ne doit pas inclure la prise de décision. L’erreur la plus commune est celle qui consiste à regrouper ses deux phases dans une seule réunion.

Découvrez aussi :

Partager :